Galerie

Impact environnemental des emballages : mesurer pour progresser !

Blog GPPS photoOn le sait, la consommation quotidienne en produits manufacturés représente environ un tiers de l’impact global de l’activité humaine sur l’environnement. S’intéresser aux moyens de réduire cet impact, c’est donc s’intéresser de près aux modes de production, de distribution et de recyclage des produits de grande consommation.

C’est précisément ce à quoi s’attelle le « Consumer Goods Forum » (CGF), organisation internationale qui réunit les dirigeants des principaux distributeurs et fabricants de produits de consommation, depuis 2010. Leur approche a consisté à fractionner la problématique globale, pour adresser successivement des domaines plus retreints et moins complexes. Et comme l’emballage représente pour le consommateur (à tort ou à raison) une préoccupation prioritaire, c’est ce sujet qui a été traité en premier chef.

Le CGF a ainsi présenté ses premiers résultats concret avec la publication du « Global Protocol on Packaging Sustainability » (GPPS). C’est donc une méthodologie de calcul qui sert de référentiel à l’échelle internationale, concernant l’emballage. Les professionnels de ce secteur disposent désormais d’une approche commune pour jauger de la qualité de l’emballage à l’aune de son impact environnemental. Cette approche tord d’ailleurs le coup à quelques idées reçues. Par exemple, l’on y fait le constat qu’une reconfiguration plus durable de l’emballage, ne se traduira pas nécessairement par moins d’emballage. C’est qu’à prendre en considération le risque de gaspillage ou de perte de produit par dommages, les emballages légers ne sont plus nécessairement si performants…

Quoiqu’il en soit, l’emballage sert désormais de test. Personne n’oublie qu’il ne constitue qu’une frange minoritaire de l’impact global des produits. Mais c’est une première étape, un premier terrain de jeu pour que se répande, sur des bases assainies, des démarches d’écoconception. Et pour que les professionnels aient pleinement les moyens d’engager ces démarches, GS1 vient de mettre à jour son standard de données concernant la « fiche produit », pour que s’y intègre les différents paramètres qui composent le GPPS. Ainsi, ils pourront être échangés à moindre coût entre partenaires commerciaux, en même temps et par les même canaux de communication, que les caractéristiques « classiques » du produit (taille, poids, marché cible, etc.).

Nous avons donc à signaler, deux avancées significatives et complémentaires :

  1. Chaque industriel est en mesure de faire progresser la « durabilité » de ses emballages à l’aide d’une méthode de calcul harmonisée, faisant référence au plan international.
  2. Les moyens techniques existent pour que ces informations circulent efficacement et que s’instaure une transparence et des habitudes de benchmarking aptes à faire progresser le marché de la grande consommation dans son ensemble.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s